Stratégie nationale sur le logement

La FECHIMM presse le gouvernement fédéral de respecter ses engagements électoraux

Large blitz strategie logement

À l’approche de l’adoption de la Stratégie nationale sur le logement, la FECHIMM lance un blitz sur les réseaux sociaux afin de presser le gouvernement fédéral de respecter ses engagements électoraux. La Fédération réclame notamment le maintien des subventions aux ménages à faible revenu vivant dans des coopératives d’habitation dont la convention d’exploitation conclue avec la SCHL vient ou est déjà venue à échéance.

La FECHIMM invite les membres des coopératives d’habitation à faire pression sur leurs élus fédéraux en écrivant à leur député fédéral via le formulaire du site Protégez l’habitation coopérative de la Fédération de l’habitation coopérative du Canada (FHCC).

Les locataires menacés

Dans le territoire représenté par la FECHIMM, ce sont près de 6000 ménages vivant dans 361 coopératives qui sont menacés d’être replongés dans la pauvreté en subissant des hausses de loyer dramatiques, si le gouvernement fédéral revient sur ses engagements et leur retire la subvention leur permettant de consacrer 25 % de leur revenu au loyer. Une majorité de femmes et de personnes seules en seraient les premières victimes.

En incluant les HLM et les OSBL en habitation, ce sont 38 000 logements sociaux qui sont mis en péril dans la région. Pourtant, cette semaine, le ministre Duclos, à la fois responsable des dossiers de l’habitation et de la réduction de la pauvreté reconnaissait que la lutte à la pauvreté et à la précarité infantile a encore beaucoup de chemin à faire et que les gouvernements doivent en faire plus.

Plus encore, la Stratégie nationale sur le logement doit aussi prendre une position ferme envers la préservation du parc coopératif existant et le développement de nouveaux logements sociaux. Des investissements importants doivent être annoncés pour soutenir les coopératives qui sont confrontées à l’usure de leurs immeubles et à la nécessité de réaliser des rénovations majeures.

De même, la Stratégie doit correspondre à la relance du soutien fédéral au développement de logements sociaux afin de répondre aux besoins des ménages locataires à faible revenu et non pas uniquement à ceux de la classe moyenne. Rappelons que, dans la région de Montréal, 40 % des ménages locataires consacrent plus de 30 % de leur revenu pour se loger. À l’échelle du Canada, c’est un locataire sur cinq qui dépense la moitié de son revenu pour se loger.

Cette situation explique que les demandes portées par la FECHIMM sont largement partagées par de grandes organisations à travers le Canada, notamment la FHCC, l’Association canadienne d’habitation et de rénovation urbaine (ACHRU) et la Fédération canadienne des municipalités.