Rapport sur l’avenir d’AccèsLogis

Des constats pertinents, mais peu de mesures concrètes

Large reaction rapport morin acl gf

La FECHIMM se réjouit que la pertinence et la nécessité du programme AccèsLogis soient confirmées dans le bilan des sept mois de consultations sur les interventions du gouvernement en matière de logement déposé hier à Québec par le député Norbert Morin. Elle salue les recommandations visant à moduler le programme afin de l’ajuster aux diverses réalités régionales et à revoir le modèle financier afin d’accélérer la livraison de nouveaux logements.

Le retour des interventions gouvernementales dans la rénovation des immeubles existants va par ailleurs répondre à des besoins pressants, notamment dans les quartiers centraux de Montréal qui font l’objet d’une détérioration croissante allant même jusqu’à des taux d’insalubrité inquiétants. La Fédération reçoit aussi positivement d’autres mesures telles qu’une plus grande implication des municipalités et d’autres ministères dans le développement de logements sociaux et communautaires ainsi que la consolidation et le soutien des organismes intervenant dans ce secteur.

La Fédération constate toutefois avec déception que le rapport, qui découle d’une des consultations les plus exhaustives – étant donné sa durée, son étendue géographique et le nombre d’organismes participants -- menées par le gouvernement ne donne lieu qu’à des généralités et soit dépourvu de mesures concrètes et innovantes.

Exception faite du transfert à la Ville de Montréal des pouvoirs en matière de logement, concrétisé avant le dépôt du rapport, ou de l’instauration d’un guichet unique, au sujet duquel la Fédération éprouve des réserves, celle-ci trouve peu d’indications sur les directions qu’entend prendre le gouvernement pour répondre aux besoins en logement dont il a pu mesurer l’ampleur lors de la consultation.

Bien qu’on parle de réviser AccèsLogis, le rapport ne contient aucune recommandation sur la nécessité d’injecter des fonds nettement plus considérables, d’une part, pour indexer les coûts de réalisation au niveau de 2017 ni, d’autre part, pour accroître significativement l’offre de logements sociaux et communautaires et pour maintenir en bon état les logements existants.

Il faudra donc attendre encore de longs mois avant que les préoccupations et les recommandations communiquées au gouvernement au cours de la consultation et de celles qui l’ont précédée donnent lieu à des solutions efficaces.