Le logement, clef pour une intégration réussie

Large visuel logement clef

La FECHIMM entreprend cet automne un projet visant à favoriser une meilleure intégration des nouveaux arrivants dans les différentes tenures du logement social (coops, OBNL et HLM). Le Centre social d'aide aux immigrants (CSAI) est partenaire de la Fédération dans ce projet.


Lancement du projet

Le lancement officiel du projet aura lieu le 4 décembre dans les locaux de l'organisme Petites mains au 7595, boul. St-Laurent, à compter de 15 h.

Pour y assister, veuillez vous inscrire.


Un projet inclusif : trois objectifs

1. Mieux outiller les intervenant(e)s des organismes d’aide aux personnes immigrantes en matière de logement social

2. Développer les habiletés interculturelles des intervenant(e)s des organismes du logement social et prévenir les discriminations

3. Accompagner les nouveaux arrivants pendant le processus de sélection ainsi que pendant leur intégration dans leur nouveau milieu de vie


Des défis à relever

L’immigration, vitale pour le développement de Montréal, s’accompagne de défis tant pour les nouveaux arrivants que pour la société d’accueil. L’accès à un logement décent à prix abordable en est un très important selon la directrice générale du Centre social d’aide aux immigrants (CSAI), Lida Aghasi.

« La recherche d’un logement décent constitue une étape cruciale du processus d’établissement et d’intégration. Malheureusement, avec le manque de logements à Montréal et les exigences croissantes de certains propriétaires, cette étape devient de plus en plus difficile pour plusieurs nouveaux arrivants », dit-elle.

Sur la photo dans l’ordre habituel : Nadine Noël, coordonnatrice du projet (FECHIMM); Martin Savard, chargé de projets et de partenariat communautaire (CSAI); Sabrina Mac Gregor, chargée de projets (CSAI) et Lida Aghasi, directrice générale du CSAI.


Dans le contexte, plusieurs Néo-Montréalais(e)s doivent composer avec des loyers prohibitifs, des logements insalubres, la discrimination et les interminables listes d’attente pour un logement social. Il en résulte que quatre nouveaux arrivants sur dix consacrent plus de 30 % de leurs revenus au logement.

La méconnaissance par ces personnes de leurs droits, des lois et des conditions d'accès aux logements sociaux et abordables les défavorise. Si elles ne peuvent obtenir un logement subventionné avant d’avoir résidé au moins 12 mois au Québec, elles demeurent admissibles aux logements non subventionnés en OBNL et en coopérative d’habitation.

Pour le directeur général de la FECHIMM, Marcel Pedneault, le mouvement coopératif peut contribuer à une meilleure intégration des personnes immigrantes. « De par les valeurs d’égalité, d’équité, de solidarité et de démocratie qu’elles portent, les coopératives d’habitation constituent une solution prometteuse pour faciliter l’intégration des nouveaux arrivants. De nombreux témoignages de résident(e)s confirment d’ailleurs que l’habitation coopérative joue un rôle majeur dans leur intégration sociale et professionnelle », soutient-il.

Marcel Pedneault, directeur général de la FECHIMM


La formule reste toutefois méconnue des nouveaux arrivants et des organismes d’accueil reconnus par le ministère de l'Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec selon Lida Aghasi.

« L’habitat coopératif ou communautaire peut être une option intéressante pour certains d’entre eux, mais encore faut-il qu’ils connaissent le fonctionnement et les particularités de ce type d’habitat et la façon d’y accéder. Nous croyons donc qu’il est essentiel de bien former les intervenants œuvrant en immigration et dans le domaine du logement social afin que ces habitats reflètent encore davantage la diversité de la population, tout en favorisant le vivre ensemble », dit-elle.

Une série d’actions visant à mieux outiller les intervenant(e)s des organismes d’aide aux personnes immigrantes en matière de logement social est prévue dans le projet. La publication de documentation explicative propre à chacune des tenures est un des moyens retenus.

Le projet comprend aussi des interventions pour faire des coopératives et OBNL des milieux de vie toujours plus inclusifs et exempts de discrimination. « Nous voulons agir pour développer les habiletés interculturelles des intervenant(e)s des organismes du logement social et pour favoriser le rapprochement essentiel à une cohabitation harmonieuse », explique Marcel Pedneault.

Les besoins des personnes immigrantes sont aussi pris en compte. Grâce au projet, ces dernières pourront bénéficier d’un accompagnement pendant le processus de sélection et à l’étape de l’intégration si leurs démarches portent fruit. Un programme de parrainage / marrainage doit notamment être mis sur pied.


Les bailleurs de fonds du projet

Le projet « Le logement, clef pour une intégration réussie » est financé par la Ville de Montréal - Bureau d'intégration des nouveaux arrivants à Montréal (BINAM) et le ministère de l’Immigration, de la Francisation et de l’Intégration du Québec (MIFI). Il fait partie des initiatives retenues suite à l'appel à projets dans le cadre de Montréal inclusive 2018-2021, un plan d’action visant à rendre les communautés, les institutions et les milieux de vie plus inclusifs.


Le centre social d'aide aux immigrants

Le Centre social d’aide aux immigrants (CSAI) est partenaire de la FECHIMM dans ce projet. L’organisme a pour mission d’accompagner les personnes immigrantes, peu importe leur statut, dans leur démarche vers une pleine intégration et une participation active à la société d’accueil.


Pour plus d'information

Nadine Noël, coordonnatrice du projet
Tél. : 514 777-7834